Vingt-cinq ans de carrière au compteur, l’heure du retour aux origines pour le chien de Long Beach, qui sort son quinzième album solo, Neva Left, le meilleur qu’il puisse faire en 2017. Celui qui a touché à tout sans perdre sa crédibilité respecte sa légende, aime d’où il vient et le prouve, en sortant un album hommage à ses amis des débuts, une grande fête qui réunit toutes les générations du rap. Sorte de coup d’oeil dans le rétroviseur, ce son à la fois vieux et actuel (malgré quelque titres dispensables) peut se connecter avec tous ses anciens albums, révèle toutes les périodes et les influences de Snoop sans tomber dans la caricature. Une fois de plus, Snoop Dogg appose la marque du cool sur tout ce qu’il touche, et réaffirme sa volonté d’être impliqué aujourd’hui encore dans l’identité californienne.

Animé par Mehdi Maizi avec Nicolas Pellion, Aurélien Chapuis et Raphaël Da Cruz.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Doggystyle (Snoop Dogg, 1993), Bush (Snoop Dogg, produit par Pharell Williams, 2015), Battlecat, Vapors (Snoop Dogg, Tha Doggfather, 1996), Charlie Wilson, Tina Marie, Wiz Khalifa, Toss It (Snoop Dogg & Too Short & Nef the Pharaoh, 2017), Still here (Snoop Dogg feat Kendrick Lamar, 2017), Rick Rock, The Dynasty (Jay-Z & Rick Rock, 2000), Hyphy (The Federation feat E40, 2004), 415, Richie Rich, E-40, Slick Rick, Beautiful (Snoop Dogg feat Pharrell Williams, 2002), K Camp, Mount Kushmore (Snoop Dogg feat Redman & Method Man & B-real, 2017), C.R.E.A.M. (Wu-Tang Clan, Enter the Wu-Tang, 1993), A Tribe Called Quest, Biz Markie, League of starz, Malice ‘N Wonderland (Snoop Dogg, 2009), Coolaid (Snoop Dogg, 2016), YG, G-Perico, Problem, Nipsey Hussle, Krs-One, Sexual Seduction (Snoop Dogg, Ego Trippin’, 2008), Sweat (Snoop Dogg feat David Guetta, 2010), Get Lucky (Daft Punk feat Nile Rodgers & Pharrell Williams, R.A.M, 2013), Blurred Lines (Robin Thicke feat Pharrell Williams, Blurred Lines, 2013), Happy (Pharrell Williams, Happy, 2013), Stevie Wonder, Signs (Snoop Dogg feat Charlie Wilson & Justin Timberlake, 2005), 7 Days of Funk (Snoopzilla & Dâm-Funk, 2013), West Coast Theory (Maxime Giffard, 2009), Fredwreck, Daz Dilinger, My #1 Priority (Snoop Dogg, 2010), Tha Last Meal (Snoop Dogg 2000), Paid tha Cost to Be da Bo$$ (Snoop Dogg, 2002), Richard Segal Huredia, 2001 (Dr Dre, 1999), Rohff, Wu-Tang Clan, Redman, Busta Rhymes, Rakim, Vapors (Biz Markie, 1988), Georges Clinton, My Medicine (Snoop Dogg feat Willie Nelson, Ego Trippin’, 2008), Tha Blue Carpet Treatment (Snoop Dogg, 2006), Suge Knight, 2 of Amerikaz Most Wanted (2pac & Snoop Dogg feat All Eyez on Me, 1996), Let’s get blown (Snoop Dogg & Pharrell Williams, 2004), Rythms & Gangsta : The masterpiece (Snoop Dogg, 2004), Ego Trippin’ (Snoop Dogg, 2008), Teddy Riley, DJ Quik, Lil Wayne.

COUPS DE COEUR ET RECOMMANDATIONS

LA RECO DE NICO PELLION
Snoop Dogg représente le côté ensoleillé de Los Angeles, et School Boy Q le côté sombre, à la James Ellroy, avec les flics corrompu. A écouter : “Blank Face” de School Boy Q (2016),

LA RECO DE RAPHAEL DA CRUZ
Snoop Dogg dans le documentaire West Coast Theory disait “Je veux que le son sonne lourd”, Droop-E le prend à la lettre avec “Hungry and Humble” (2013).

LA RECO D’AURÉLIEN CHAPUIS
Nef the Pharaoh prend le relai de E40, et sort un album réussi “The Chang Project” qui capture le son pop du moment.

LA RECO DE MEHDI MAIZI
Vince Staple et le titre Big fish, l’album est à paraître.

CRÉDITS

Enregistré le 23 mai 2017 à l’Antenne Paris (10, rue la Vacquerie 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargé de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio / L’Antenne Paris. Réalisation : Sébastien Salis. Générique : extrait de "Tyra Banks" de Nodey (Atrahasis EP) par Nodey. NoFun est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio