[AVERTISSEMENT : la précédente émission a été mise hors ligne car on utilisait 15 secondes d'extrait musical. On la reposte sans les extraits, mais avec notre indignation et lassitude de pas pouvoir faire notre boulot.]

Superhéros du rap mondial, personnage hip-hop ultime, Shawn Carter détricote Jay-Z et tombe le masque malgré le faste et les milliards de dollars, change d’image dans 4:44. Mais tout en conservant son véritable talent : être le rappeur que l’on veut qu’il soit, au bon moment, en montrant une nouvelle facette de son personnage. Jusque là emprisonné dans le rôle de l’intouchable businessman qui ne se trompe jamais, Jay-Z version 2017 parle de sa famille, sa paternité, du coming-out de sa mère de la même manière dont il parlait du crack avant, et signe son album le plus personnel. Alors pas de hits, Shawn fait ça “pour la culture” à travers des clins d’oeils dans des samples de No I.D. Entre les samples et le texte se noue un dialogue fin, une ambiance intime, avec un bon flow prenant, qui n’est pas là pour choquer ou pour la performance technique, même si la prise de risque est limitée et le talent pas réellement forcé. Un album à apprécier comme un nouveau chapitre dans la carrière de Jay-Z. Ou un épilogue.

Podcast animé par Mehdi Maïzi avec Aurélien Chapuis, Nicolas Pellion et Raphaël Da Cruz.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

No I.D., Kanye West, Nas, American Gangster (Jay-Z, 2007), Magna Carta… Holy Grail (Jay-Z, 2013), Kendrick Lamar, Rihanna, Lemonade (Beyoncé, 2016), Solange, Quincy Jones, Hola’ Hovito (Jay-Z & Timbaland, The Blueprint, 2001), The Notorious B.I.G., Def Jam, Vince Staples, Izzo (H.O.V.A.) (Jay-Z & Kanye West, The Blueprint, 2001), Nina Simone, Donny Hathaway, Stevie Wonder, The Fugees, Lauryn Hill, Watch the Throne (Jay-Z & Kanye West, 2011), Nobody’s Smiling (Common, 2014), Rick Ross, The Story of O.J. (Jay-Z, 4:44, 2017), Wesley’s Theory (Kendrick Lamar, To Pimp a Butterfly, 2015), FML (Kanye West feat The Weeknd & Caroline Shaw, The Life of Pablo, 2016), 30 Hours (Kanye West, The Life of Pablo, 2016), Migos, Starlito, Roc Marciano, Vol. 3… Life and Times of S. Carter (Jay-Z, 1999), Kingdom Come (Jay-Z, 2006), Neva Left (Snoop Dogg, 2017), Drake, H.N.I.C (Prodigy, 2000), Mobb Deep, H.N.I.C Pt.2 (Prodigy, 2008), Return of the Mack, Product of the 80’s (Prodigy, 2008), Chief Keef, Lil Durk.

COUPS DE COEUR ET RECOMMANDATIONS

LA RECO DE NICOLAS PELLION
H.N.I.C, le premier album de Prodigy, ancien membre de Mobb Deep et décédé il y a quelques semaine. Un rappeur très naturel (Jay-Z devait rêver de lui ressembler), et une des plus grosses légendes qui a inspiré l’immense majorité du rap français depuis 1995.

LA RECO DE RAPHAEL DA CRUZ
Nobody’s Smiling de Common, aussi produit par No I.D., excellent album peu connu, parfait pour poursuivre la découverte du travail de No I.D.

LA RECO D’AURÉLIEN CHAPUIS
In My Lifetime, Vol. 1 de Jay-Z (1997).

LA RECO DE MEHDI MAIZI
“Héros malgré lui”, un film très peu connu de Stephen Frears avec Dustin Hoffman (1992), dans lequel le lien entre un père et son fils peut faire écho à Jay-Z.

CRÉDITS

Enregistré le 04 juillet 2017 à l’Antenne Paris (10, rue la Vacquerie 11ème). Production : Binge Audio. Direction de production : Joël Ronez. Chargé de production et d’édition : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Moyens techniques : Binge Audio / L’Antenne Paris. Réalisation : Sébastien Salis. Générique : extrait de "Tyra Banks" de Nodey (Atrahasis EP) par Nodey. NoFun est une production du réseau Binge Audio www.binge.audio