Lil B s’est évertué à déconstruire le rap. Mais avec Black Ken, son gigantesque projet annoncé depuis huit ans, Brandon Mc Cartney reconstruit tout l’héritage rap qui l’a amené à devenir Lil B, en mêlant cloud rap éthéré aux samples légers et doux, presques liturgiques, et morceaux plus club. Presque trois projets en un, vingt-sept titres pour une sorte d’histoire chronologique de la Bay Area et une synthèse de sa carrière méconnue, débutée il y a plus de dix ans seul sur internet, et menée depuis sans jamais signer avec une seule major. Sorte de némésis de l’industrie du rap, Lil B alimente le culte qui s’est créé autour de lui et de son art total, et prouve qu’il ne s’est pas seulement autoproclamé Dieu de la Bay Area. Il l’est réellement devenu.

Animé par Mehdi Maïzi avec Aurélien Chapuis, Nicolas Pellion et Raphaël Da Cruz.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Niska, Despacito (Luis Fonsi ft Daddy Yankee, 2017), Flower Boy (Tyler The Creator, 2017), Lil Uzi Vert, ASAP Mob, XXXTentacion, Meek Mill, French Montana, Black Ken (Lil B, 2017), 2Pac, Kendrick Lamar, Lil Wayne, I’m Gay (I’m Happy) (Lil B, 2011), Outkast, I’m God (Lil B, 6 Kiss, 2009), PNL, Drake, Ice-T, The Pack, Go Stupid Go Dumb (Lil B, Black Ken, 2017), Ready to Die (Notorious B.I.G., 1994), The Sugarhill Gang, Snoop Dogg, Global (Lil B ft. ILOVEMAKONNNEN, Black Ken, 2017), Ice MC, Keak da Sneak, No black person is ugly (Lil B, Ultimate Bitch, 2014), Too Short, Kool Moe Dee, Adre Nickatina, Aqua, E-40, Hip hop Family Tree (Ed Piskor, Fantagraphics, 2012 - ), Young L, Master P, Boots Riley, Vince Staples, Lil Wayne, Gucci Mane, Clams Casino, Lee Scratch Perry, 6 Kiss (Lil B, 2009), Primitive Plus (Edan, 2002), Wiki, Raskit (Dizzee Rascal, 2017), Black Elvis/Lost in Space (Kool Keith, 1999).

COUPS DE COEUR ET RECOMMANDATIONS

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoFun >> @nofun-reco